Leiji Matsumoto

 

Leiji Matsumoto (松本 零士, Matsumoto Reiji?), né Akira Matsumoto le 25 janvier 1938 à Kurume sur l'île de Kyūshū dans la préfecture de Fukuoka, est un dessinateur japonais de manga et anime.

Biographie

Akira Matsumoto naît le 25 janvier 1938 à Kurumé, sur l'île de Kyûshû. Il est le fils d'un officier dans l'armée de l'air impériale. Son premier contact avec l'univers du dessin sera la découverte des mangas de Osamu Tezuka et les dessins animés du studio de Walt Disney. Rapidement, dès l'âge de neuf ans, il va s'initier au dessin et réaliser ses premières bandes dessinés.

En 1953, alors qu'il a 15 ans, il remporte un concours du magazine Manga Shônen avec son véritable premier manga, Mitsubachi no Bôken (Les Aventures d'une Abeille) qui est publié dès l'année suivante. Il travaille aussi comme assistant d'Osamu Tezuka.

En 1956, il rencontre le mangaka Tetsuya Chiba avec lequel il devient ami. En 1957, alors qu'il sort du lycée, il monte à Tōkyō et s'installe à dans le quartier de Bunkyô à proximité du quartier de Shinjuku. Il y va davantage pour gagner sa vie que par inspiration. Il réalise de nombreux shōjo manga, des bandes dessinées à l'eau de rose plutôt destinés aux jeunes filles. C'est à cette époque qu'il épouse une dessinatrice, qui elle aussi publie des shōjo, Miyako Maki.

En 1965, pour symboliser ses changements d'orientation artistique, il décide de se faire appeler Reiji (retranscrit parfois en Leiji) qui signifie "guerrier zéro". Trois ans plus tard, il crée sa première œuvre de science fiction, Sexaroïd, dont le titre évocateur lui permet de se faire connaître par un public assez large.

C'est en 1972 qu'il remporte le Prix culturel Kōdansha, catégorie des mangas pour enfant, pour Otoko oidon (男おいどん, Otoko oidon? Je suis un garçon). Ce manga lance sa carrière dans le shōnen manga. Sa production ensuite s'intensifie, il publie désormais de nombreux shōnen manga au travers trois thèmes de prédilection : la science fiction (avec Galaxy Express 999, Captain Albator ou encore Yamato), le western (Gun Frontier) ou encore la guerre (The Cockpit ou Battlefield Manga). Bien que n'ayant pas au départ de lien entre elles, Leiji s'amuse à faire se croiser certains personnages ou utilise d'autres, comme Albator, qui deviennent récurrent dans ses œuvres. Le succès est au rendez-vous et ses mangas sont adaptés en anime auxquels il participe souvent comme consultant ou producteur artistique. Matsumoto engagera de nombreux assistant pour l'aide dans sa tâche de mangaka. Parmi eux, on peut citer Shun Akana, Akira Hio, Senno Knife, Kazauki Koizumi ou encore Kaoru Shintani.

Fin des années 1980, Leiji Matsumoto se fait plus discret. Il faut attendre une dizaine d'années pour le voir réapparaître, d'abord de façon ponctuelle avec des mangas comme Kagerô no monshô ou Case Hard. En 1992, il entreprend d'adapter l'opéra de Richard Wagner, L'Anneau des Nibelungen dans l'univers d'Albator, qui sera le premier manga publié sur Internet. Dans ce manga, Matsumoto se fixe un double objectif : rendre hommage à Wagner et donner des réponses aux nombreuses incohérences dues aux multiples interconnections entre ses œuvres. Il en sera de même pour le second voyage du Galaxy Express 999, qui est publié dès 1996, ainsi que certains anime tel que Maetel Legend. De nouvelles adaptations animées font leur apparition et Matsumoto participe aussi au projet de Daft Punk et crée un moyen métrage d'animation qui servira de support vidéo aux titres de l'album Discovery. A 70 ans passé, Leiji Matsumoto continue d'enrichir son univers au travers d'anime ou de manga aussi riches que philosophiques.


Style

Leiji Matsumoto commence sa carrière par des mangas pour jeunes filles et sa façon de dessiner les femmes sera une de ses marques de fabriques comme pour ses héroïnes les plus populaires Maetel et Emeraldas qu'il oppose souvent à des hommes souvent laids comme, respectivement, Tetsurô et Tochiro. Certains de ses personnages gardent aussi ce côté longiligne très féminin tel que Albator.

Une des autres particularités du mangaka, c'est sa maîtrise du contraste et du clair obscur. Il utilise peu de trames et joue entre les formes et les masses noires ou blanches ce qui donne beaucoup de lisibilité à ses planches noir et blanc. Il intègre aussi à ses planches des éléments récurrents qui sont en quelque sorte ses signatures graphiques comme les cadrans, inspirés du Navitimer de Breitling, ou les parchemins dans lesquels se trouvent les récitatifs.


Manga

* Mitsubachi no bôken (1954) : Les Aventures d'une abeille.
* Denkô Ozuma (1961)
* Submarine Super 99 (1964)
* Sexaroid (1968)
* Natacha (1968)
* Hi no Mori no Koska (1968)
* Machinners (1969)
* Pilot 262 (1969)
* Dai-Kaizoku Captain Harlock (1969)
* Otoko Oidon (1971)
* Gun Frontier (1972)
* Stanley no majo (1973)
* Waga seishun no Arcadia (1973)
* Space Battleship Yamato (1974) : Yamato, le cuirassé de l'espace
* Saraba roman no toki yo (1974)
* L'Eternel Allegretto (1974)
* Uchû senkan Death Shadow (1975)
* The Cockpit (1975)
* Bruno Walter (1975)
* Herbert Von Karajan (1975)
* Capitaine Albator (1977)
* Galaxy Express 999 (1977)
* Queen Emeraldas (1977)
* Space Battleship Yamato II (1978)
* Yamato New Journey (1979)
* Captain Herlock Book (1979)
* Waga seishun no Harlock (1980)
* Be Forever Yamato (1980)
* Queen Millenia (1980)
* Space Battleship Yamato III (1980)
* The Drifting Express 000 (1983)
* Final Yamato (1983)
* L'Anneau des Nibelungen (1989)
* Shinkiro Kitan (1991)
* Leonardo Da Vinci (1995)
* Fire Force DNAsights Fortress 999.9 (1996)
* The Ultimate Time Sweeper Mahoroba (1998)
* Cockpit Legend (1999)
* The Shadow Warrior (1999)
* Space Battleship Great Yamato (2001)
* Space Battleship Great Galaxy (2003)


Animation

Interstella 5555: The 5tory of the 5ecret 5tar 5ystem (2003)


Séries d'animation

* Uchû Senkan Yamato (1974)
* Wakusei Robo Danguard A (1977-1978)
* Uchû Senkan Yamato 2 (1978)
* Albator, le corsaire de l'espace (1978-1979)
* SF Saiyūki Starzinger (1978-1979)
* Galaxy Express 999 (1978-1981)
* SF Saiyûki Starzinger II (1979)
* L'Oiseau bleu (1980)
* Uchû Senkan Yamato III (1980)
* La Reine du fond des temps (1981-1982)
* Albator 84 (1982-1983)


Films

* Uchû Senkan Yamato (1977)
* Arrivederci Yamato (1978)
* Albator : Le mystère de l'Atlantis (1978)
* Uchû Senkan Yamato : Aratanaru Tabidachi (1979)
* Galaxy Express 999 (1979)
* Be Forever Yamato (1980)
* Adieu Galaxy Express 999 (1981)
* Albator 84 : L'Atlantis de ma jeunesse (1982)
* Princesse Millenium (1982)
* Final Yamato (1983)
* Galaxy Express 999 : Eternal Fantasy (1998)
* Fire Force DNA Sights 999.9 (1998)
* Interstella 5555 (2003)

OAV

* The Cockpit (1994, 3 épisodes)
* Yamato 2520 (1994)
* Queen Emeraldas (1998)
* Harlock Saga (1999)
* Cosmowarrior Zero (2001)
* Young Harlock o Oe ! Cosmowarrior Zero Gaiden (2001)
* Maetel Legend (2001-2002)
* Gun Frontier (2002)
* Captain Herlock : The Endless Odyssey (2002)
* Submarine Super 99 (2003)
* The Galaxy Railways (2003-2004)
* Great Yamato Zero (2004)
* Space Symphony Maetel (2004)

Récompenses

Il a reçu le prix du manga Kōdansha en 1972.




 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×