Go Nagai


Gō Nagai (永井 豪, Nagai Gō?) de son vrai nom Kiyoshi Nagai, né le 6 septembre 1945 à Wajima (輪島), est un mangaka célèbre au Japon.


Ses débuts

Durant sa convalescence d'une grave maladie, il publie Kuro no shishi (Lion Noir) et est remarqué à 20 ans par Shotaro Ishimori qui le choisit comme assistant.

Après des titres comme Meakashi Polikichi (1967) et Harenchi Gakuen (1968), il fonde en 1970 sa propre maison d'édition et d'animation, Dynamic Productions.

Sous ce label, il publiera Abashiri Family, Kiku No Suke,puis, Getter Robo(1972) avec Ken Ishikawa avec qui il collabore depuis Gakuen Bangaichi (1969)



Ses œuvres mondialements connues

Il publie en 1972 deux œuvres majeures, Devilman et Mazinger Z, ainsi qu'une troisième en 1973, Violence Jack :

* Mazinger Z (マジンガーZ - Majinga zetto) lancera le genre mecha dans l'univers manga. Il révolutionne le genre en introduisant plusieurs élements alors inconnus des Shogun Warriors : le robot, selon son pilote, est un outil bienvaillant ou belliqueux, et enfin l'utilisation de tout un arsenal d'armes actionné par des commandes vocales, principe, inspiré des catcheurs japonais déclamant le nom de leurs attaques, qui deviendra une règle pour toutes les autres séries à venir.

* Devilman (デビルマン - Debiruman) est un manga traitant de démonologie assez violent pour un public plus mature. Pour l'anecdote, Gō Nagai mit fin prématurément à une autre série de démons publiée dans le magazine Bokura de janvier à mai 1971, Mao Dante (魔王ダンテ - Maō Dante), beaucoup inspirée par La Divine Comédie de Dante, pour s'atteler à Devilman. Si ce manga n'a pas en France une énorme notoriété, il est l'un des plus lu et réédité au Japon.

* Violence Jack (バイオレンス ジャック - Baiorensu Jakku) est le précurseur du héros «post-apocalyptique», bien avant Mad Max (1979) ou Hokuto no Ken (北斗の拳) (1982) qui s'en inspirera largement. Sans dévoiler l'intrigue, cette série fait suite à Devilman, et se pose comme une bible du sadisme en tout genre. Son héros, qui se met en quête d'un adversaire plus fort que lui, n'est connu que de quelques initiés en France mais est populaire, bien sûr dans sa patrie, et, en Italie. Là, il est publié une première fois en 2001, puis, une seconde fois, fin 2005, bénéficiant d'une superbe édition, toujours en cours, chez d/books filiale de d/visual.

Gō Nagai est aussi l'auteur, entre autres, de Cutey Honey (キューティーハニー - Kyūtī Hanī), (Cherry Miel en France), belle androïde aux pouvoirs transmorphiques et de Shutendoji (手天童子 - Shuten dōji), jeune homme mi-humain mi-démon, qui fait face à des créatures, plus étranges les unes que les autres, venant d'une autre dimension.

Mais il est surtout connu en France pour son UFO Robot Grendizer (UFOロボ グレンダイザー - Yūfō robo Gurendaizā), diffusé dans l'hexagone sous le nom de Goldorak et qui n'est autre que le troisième volet de sa trilogie de super robots avec Great Mazinger (グレートマジンガー - Gureito Majinga) et Mazinger Z.

Go Nagai reprendra le fil de ses robots quelques années après notre Goldorak : God Mazinger (ゴッドマジンガー - goddo majinga), qui sera adapté en animé en 1984 par la TMS pour 23 épisodes, et beaucoup plus récemment Mazinkaiser, en 2001, pour une courte série de 7 OAV, avec un 8e opus réalisé en 2003. Toujours dans le genre mecha, il a co-signé le scénario, avec Ken Ishikawa (石川 賢一 - Ishikawa Kenichi), de la saga Getter robot (ゲッターロボ - Gettā Robo).


Ses inspirations

Les principales œuvres du mangaka s'inspirent très largement de la mythologie grecque en raison de sa passion pour les civilisations mythiques. Une autre source d'inspiration comme l'illustrateur Gustave Doré influença beaucoup ses dessins, notamment Mao Dante et surtout ceux de Devilman.

Il a aussi été fortement influencé par une grande période dans les années 1960 et 70 du cinéma rose (érotique) dit pinku eiga au Japon. Ces œuvres, sensuelles à érotiques, à représentation plus vaginale que phallique vont de la comédie d'aventure tel que Kekko kamen, burlesque comme Harenshi Gakuen jusqu'au fantasme sexuelle comme dans Barabanda et lovely angel avec un contexte social dans Hanappe bazooka. Ce sont la plupart de ces œuvres qui sont adaptés en live.

Les autres inspirations entre autres sont la science fiction, les récits d'horreur, la mythologie et l'histoire japonaise.

Go Nagai est membre du SFWJ, science fiction and fantasy writers of Japon (écrivain de SF et fantastique du Japon), dont Il a été le président de 1996 à 1999.


Go et les robots

Go Nagai est connu principalement en France pour ses séries de robots géants comme Goldorak. Mais on s'aperçoit très vite que ce n'est pas son thème privilégié. Il laisse souvent la main à un de ses collaborateurs comme Ken Ishikawa et Gosaku Ota pour les dessins et parfois le scénario. Sinon, les mangas sont assez courts, cinq volumes aux maximums, ou sont laissés inachevés comme Garla.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×